Header Ads

Star Wars Battlefront II: opportunitée ratée.


Star Wars Battlefront II pourrait être un très bon jeu, si seulement il n'était pas à propos de Star Wars.

En fait, à chaque fois que je pense au potentiel d’un jeu Star Wars, et que je vois ce que l’on nous offre, une petite partie de moi souffre.


Après tout, Star Wars : Battlefront II a l’avantage de la PS4, de capacités graphiques remarquables, 40 années de scénarios imaginés par des personnes brillantes, l'avènement des jeux à monde ouvert, et l’apport assez remarquable de Lucasarts (pensez au premier MMO de Star Wars, The Old Republic, ou les mondes magnifiques de la serie Knights of the Old Republic).



Et avec ça, il y a de quoi faire un opus digne de Destiny 2, mais avec un univers qui nous fait rêver depuis que l’on comprend la différence entre le bien et le mal! Vous vous imaginez, un Star Wars ou l’on peut naviguer librement de planètes en planètes? Faire des raids, participer un des batailles spatiales monstres digne de Rogue Squadron? Avec des mécaniques et graphismes modernes, et le potentiel d’un MMO et RPG dans tout ça...


Mais non. EA n’en a pas l’envergure (ou ne souhaite pas se la donner). Ils n’utilisent pas tous les outils et atouts à leur disposition. Battlefront II est un très beau jeu, mais il ne donne qu’un aperçu de ce que l’on pourrait faire avec une vision à grande échelle de cette galaxie lointaine, sans trop se fatiguer.


Beau est le, jeune padawan...

Et pourtant, l’histoire commence bien - même si elle est un peu linéaire. Le personnage principale est attachante, complexe. Mais le tout devient oubliable parce qu’on ne sent pas la magie Star Wars: le scénario aurait pu se retrouver dans n’importe quel univers de science fiction générique. Seules les cartes réveillent l’enfant en moi qui veut se perdre dans ce monde fidèlement recréé. Et il est vrai que certaines des batailles font vraiment monter la tension (aucun des Call of Duty modernes ne m'a fait le même effet). Mais c’est comme se faire inviter à un banquet, où on vous dit qu'après une entrée succulente, vous pouvez rentrer chez vous. La campagne n'est qu'une mise en bouche, le tout perd son souffle au bout de quelques heures, la fin est bâclée.


L'héroïne était pourtant si prometteuse...

Malgré tout, j’aime quand même ce jeu. Oui, après tout ça, vous allez dire que je dis tout et son contraire, mais patientez :


Au fond, c’est un plaisir d’y jouer si on fait abstraction de mon caprice de fan frustré. Il se joue facilement, avec une fluidité qui ne rivalise peut être pas les grands FPS, mais qui n’en est pas loin. Son multijoueur, après une mise-en-bouche un peu rude, et je dirais même inutilement compliquée (la montée en niveau est trop lente), attise mes réflexes et ma concentration bien plus que je ne l’attendais, surtout après avoir tellement entendu parler de la controverse qui avait engloutit le jeu a sa sortie (ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous parler de micro-transactions : E1ie le fait très bien ici).

Si ce jeu était une sortie indépendante, je dirais franchement chapeau! Beau premier essai.


Mais il ne l’est pas, et donc je dis “a revoir”.



Lucasarts aurait fait mieux.



Aucun commentaire