Header Ads

Assassin's Creed Origins - nos premieres impressions




Rosbeef :

Aah Assassin's Creed. C’est une franchise que je veux aimer, mais pourtant je n’y arrive pas toujours. Voila depuis des années que nous en sommes à “sautez, assassinez, courrez, répétez”. La seule chose qui changeait vraiment c'était le lieux : des endroits de plus en plus beaux et grands (les Caraïbes, Paris, Londres) - mais l’histoire depuis quelques épisodes déjà devenait confuse. Qu’est ce qu’il se passe? Pourquoi? Qui est-ce? D'où sort celui la? Je n'ai rien compris de ce qu’il se passait dans les trois derniers épisodes. Ubisoft ne s'efforçait pas trop d’essayer de nos ficeler une histoire intrigante. Le budget graphique doublait tous les ans, mais au final,c'est bien le comptable qui devait écrire l’histoire du jeu.


Alors qu’en est-il de leur dernier ouvrage, Assassin’s Creed Origins?


Intriguant. C’est le mot qui vient tout de suite à l’esprit. Oui, on reconnait les bases d’un Assassin’s Creed. Mais il y a un petit quelque chose en plus - et en quelques heures de jeux, c’est difficile de savoir quoi. Mais on le sent se développer.


L’entrée dans l’histoire est laborieuse. C’est un peu comme on commence un nouveau travail : on comprend rien, il faut être patient, on est pas sûr que les tâches qu’on doit accomplir servent à grand chose. C’est un peu frustrant pour un jeu - on joue pour échapper à ce genre de sentiment. Mais cela dit, une fois lancé, l’histoire commence à se dévoiler et devient vite intéressante. C’est un peu tôt pour savoir si le personnage principal l'est aussi (ainsi que les autres) - Assassin’s Creed a des antécédents très variables sur ce sujet. Mais il y a là du mystère, de l’intrigue - on veut savoir. Et ça, c’est encourageant.


Une grand part du mystère, il faut bien le dire, est créé par un décor absolument somptueux. Je suis un amateur de périodes historiques différentes, cette immersion dans l’Egypte Antique donne vie à tous les fantasmes d’enfants : des temples inquiétants, des parchemins mystérieux, la promesse de quelque chose de grandiose, menaçant et fantastique. Le détail, les couleurs, la beauté des lieux - tout donne vie à ce monde.  En quelques heures de jeux, si le décor et quelques scènes arrivent déjà à faire ça, ça promet!

Certains décors sont suptueux
Les mécaniques de jeux sont au début désorientantes. Ce n'est pas comme les précédents opus. Et en fait, tant mieux. Même si la bagarre est peut être un poil trop simpliste, la satisfaction d'être discret et de se servir de son arc compense largement. Les menus sont toujours un peu à la Ubisoft (c’est à dire qu’ils ont besoin de cryptologues pour être interprétés), mais le jeu encourage beaucoup plus au RPG : il est un important de trouver des matériaux pour un nouveau bouclier, de nouvelles armes. Il est toujours laborieux de le faire, mais indispensable.


"Bon les gars, on termine ces bouteilles de vodka, et après on attaque l'arbre d'améliorations, OK?"
Est-ce que les anciens défauts sont toujours là? Oui un peu. C’est toujours “sautez, assassinez, courrez, répétez”. Mais avec une histoire qui promet, des mécaniques satisfaisantes, la liberté d’aborder ses missions comme on le veut, et il me semble pour l’instant une intelligence artificielle un peu plus douée qu’avant, le tout semble mieux ficelé. Les cuts-scenes sont toujours bizarres pour un jeu aussi moderne, avec des grandes pauses dans le dialogue et des transitions de scènes assez lentes, coupant un peu le bel effort cinématographique. Et il y a toujours des moments absurdes ou un gros boss bien méchant et fort peut être leurré loin de sa garde rapproché et tué en tout tranquillité comme s'il était un pigeon particulièrement débile, enlevant toute la tension de la traque. Mais c’est moins la règle générale que dans d’autres chapitres de la franchise, et la grande force du jeu reste là : il est très satisfaisant et assez difficile d'éliminer tout le monde avec une discrétion de Lynx.


Le verdict pour le moment? Si vous aimez Assassins Creed a la base, ça va vraiment vous plaire. Si vous êtes ambigus, ça peut vous réconcilier. Si vous connaissez pas, jouez aux anciens avant d’en arriver là.

E1ie :

Pour une fois, je ne partage pas vraiment l'avis de Rosbeef. Je suis un fan d'Assassin's Creed de la première heure, ayant fait tous les opus sur console sauf Rogue. Et j'avoue m'être forcé à terminer les deux derniers, en ne prenant que peu de plaisir. Alors lorsque Ubisoft a annoncé qu'il n'y aurait pas d'épisode avant deux ans parce que le studio se remettait un peu en question afin d'améliorer sa franchise, j'étais aux anges. Je m'attendais vraiment à un renouvellement, un bouleversement du jeu, qui me procurerait alors les mêmes sensations que les pépites que sont les vieux opus avec Ezio Auditore.
Et je dois avouer que je suis déçu. En fin de compte, je trouve que peu de choses ont changé : le peu d'histoire que j'ai fait n'est pas particulièrement prenante. Les personnages sont loin d'être charismatiques, les scènes de dialogues sont indignes d'un jeu de 2017. Graphiquement, le jeu n'est pas aussi beau que ce que j'espérai.


Les chevaux punks étaient encore répandus à l'époque
Il y a encore de nombreux bugs extrêmement frustrants : quoi de plus agaçant que de perdre 20 minutes à remplir une mission secondaires parce que la personne que l'ont doit escorter refuse catégoriquement de monter sur mon bateau pour traverser un lac?


Non, je n'aime pas ce bateau là, je ne monte pas...
Le thème des missions secondaires est d'ailleurs loin d'être gratifiant : toujours à la recherche d'inspiration, Ubisoft ne vous proposera que des histoires de bas étage. Aller sauver quelqu'un des crocodiles, venger une autre, récupérer un livre qu'un vieil homme s'est fait racketter... Bon sang, je ne suis pas le bureau des plaintes, je suis un assassins de haut niveau qui lutte pour sauver l'humanité de l'asservissement voulue par les Templiers!!!
L'intelligence artificielle est toujours aux pâquerettes, avec des ennemis qui ne vous cherchent plus dès qu'ils vous ont perdu de vu pendant quelques secondes alors que vous leur avez mis plusieurs flèches dans le buffet.
Un point positif : avoir la possibilité de mettre le jeu en difficulté "difficile", ce qui force clairement à jouer intelligemment pour chaque combat, surtout lorsque les ennemis ont un ou deux niveaux de plus que moi. Contrairement aux anciens, je meurs très souvent, et la progression s'en retrouve plus corsée, ce qui est un bon point.
Alors peut-être que j'en attendais trop. Encore une fois, je vais me forcer à avancer en espérant que la magie finisse par opérer (et si c'est le cas, je viendrais vous en informer). Le jeu n'est pas vraiment mauvais, mais il ne faut pas oublier qu'on en est au 10ème épisodes, et des défauts qui étaient tout à fait acceptables dans les premiers opus ne devraient plus exister 10 ans après!









Aucun commentaire